T O P

Les investissements du Qatar en France

Avec un fonds d’investissement de plus de 335 milliards de dollars, le Qatar diversifie ses investissements à l’étranger et en France. Ceux-ci se font à travers le Qatar Investissement Authority (QIA) et le Qatar Holding. Tirant l’essentiel de ses revenus de l’exploitation du pétrole et du gaz, le riche émirat est présent dans le domaine du sport, de l’industrie et de l’immobilier dans l’Hexagone.

Les investissements du Qatar dans le domaine du sport

En plus de l’acquisition du club parisien Paris Saint-Germain dont le Qatar détient la totalité (100%) des parts, il vient de jeter son dévolu sur le club PSG Handball. Il faut préciser que là également le riche État du Golf détient la totalité des parts. Depuis, ces deux clubs bénéficient d’investissements colossaux et accroissent leur domination sur le championnat français. Cependant, le Qatar ne s’est pas arrêté là, il contrôle plusieurs autres domaines sportifs tels les courses hippiques, dont le célèbre Prix de l’Arc de Triomphe.

Et comme pour se donner davantage de visibilité, le riche Émirat gazier investit également dans le domaine des médias. Il détient notamment 13,03% des actions du groupe Lagardère.

Les investissements du Qatar dans le domaine de l’industrie

Dans le secteur de l’industriel, l’État du Golfe Persique manifeste une véritable boulimie. Du luxe à l’environnement en passant par l’énergie, le Qatar diversifie ses investissements en France. IL faut relever pour cela des participations dans les grandes entreprises françaises telles que Vinci, Vivendi, Veolia Environnement, Total, etc.

En effet, à travers sa branche d’investissement Qatar Investissement Authority (QIA), il détient 3% du capital de Total et 5% du leader de l’environnement Veolia. Premier actionnaire du groupe Vinci après ses salariés, le Qatar détient aussi 5,8% du géant mondial de la construction. Également présent dans l’industrie du luxe français, le riche État gazier détient des parts du groupe LVMH. Il marque aussi sa présence dans le secteur de la maroquinerie à travers Qatar Luxury Group. Compté parmi les 15 premiers actionnaires du groupe France Télécom, il détient 1% des parts de l’opérateur historique français de la télécommunication. Occupant le 22e rang des actionnaires du groupe Vivendi avec 2% du capital, il s’intéresse aussi aux médias français et à la télécommunication. Toutefois, c’est au sein du géant mondial de l’aéronautique Lagardère que le Qatar se fait le plus agressif. En moins d’un an, il a atteint les 12,83% de participation.

Avec la réputation du tourisme français, le secteur hôtelier est aussi visé par les investisseurs qatariens. Ils détiennent des parts dans les grands hôtels parisiens comme l’hôtel du Louvre, Raffles, Concorde Lafayette, Peninsula, Palais de la Méditerranée à Nice, Martinez ainsi que le Carlton à Cannes, hôtel d’Évreux, hôtel Lambert, etc.

Enfin, le Qatar participe également à la Caisse des Dépôts dans laquelle il a investi 300 millions d’euros pour les PME françaises innovantes. Il détient également près du quart de la société fermière du casino municipal de Cannes.

Les investissements du Qatar dans le domaine de l’immobilier

En plus de sa forte présence dans le secteur de l’hôtellerie français, le Qatar renforce sa présence dans les secteurs de l’immobilier. Il a acquis de nombreux biens immobiliers prestigieux dans la capitale française. Il possède notamment des milliers de m2 de locaux sur l’avenue des Champs Élysées.

Les fonds souverains dans le monde

Les fonds souverains ou les fonds d’État sont des fonds de placements financiers détenus par l’État. Par simple définition, ils désignent les avoirs d’un État en monnaie étrangère. Ils gèrent ainsi les investissements et l’épargne nationale. Voici une liste de ces différents fonds souverains dans le monde.

Government Pension Fund-Global

Ce fonds souverain de la Norvège créé en 1990 est aujourd’hui le premier fonds souverain dans le monde. Autrefois surnommé ‘» fonds pétrolier »’’, il capitalise plus de 1 000 milliards de dollars. Au deuxième trimestre 2019, il a gagné 25 milliards d’euros à travers ces placements en actions et obligations. De même, il contrôle 1,4 % de la capitalisation boursière dans le monde. Cependant, ses plus grosses participations proviennent de la GAFAM à raison de plus de 7 milliards d’euros chez Amazon et plus de 8 milliards en titres Microsoft.

China Investment Corporation

Créer en septembre 2007, le fonds souverain chinoisChina Investment Corporation est l’un des principaux Fonds de la Chine. En effet, elle acquiert en 201312,5 % des parts d’une entreprise de potasse russe, Ukrali. De même, en partenariat avec AEW, il obtient en 2015, les marques Avenue à Troyes, le centre Mayol à Toulon et la vache noire à Arcueil.

Son modèle est basé sur le fonds Singapour pour la transparence et la gouvernance. Aujourd’hui, elle a à son actif plus de 400 milliards de dollars. Cependant, contrairement à SAFE Investment Company, la CIC investit dans les actifs risqués pour obtenir un meilleur rendement.

Abu Dhabi Investment Authority

En termes d’actifs sous gestion, ce fonds souverain est le plus important dans le monde. Fondé en 1976, il est basé à Abu Dhabi et a pour but d’investir convenablement les revenus pétroliers afin d’obtenir un bon rendement. Il est présidé par sheikh Khalifa Ben Zayed Al Nahyane et est entièrement gouverné et détenu par le gouvernement.

En outre, ces décisions se basent principalement sur la recherche à long terme d’une rentabilité financière. ADIA s’investit d’un autre côté dans certains fonds de capital d’investissement tels que le groupe Carlyle ou Apollo Management. Par ailleurs, il capitalise déjà plus de 600 milliards de dollars.

Autorité monétaire de Hong Kong

Avec plus de 500 milliards dollars de capitalisation, ce fonds souverain figure parmi les plus grands dans le monde. Elle a été créée en 1993 lors de l’union de l’office of the commissionner of Banking et l’office of the Exchange Fund. Ses principales missions sont entre autres :

  • le maintien de la stabilité monétaire,
  • le maintien de la stabilité du système bancaire,
  • le renforcement de la position de Hong Kong dans sa place financière mondiale,
  • la gestion des fonds de change.

Ce fonds souverain est gouverné par la Banque Centrale de Hong Kong.

GIC Private Limited

La GIC est le fonds souverain principal de la Singapour créé en 1981. Il assure essentiellement les réserves de changes de la Singapour. Son approvisionnement provient principalement des excédents budgétaires du pays liés aux commerces extérieurs. Ces capitaux, qui s’élèvent à plus de 400 milliards de dollars, appartiennent au pouvoir exécutif du pays. Ces derniers l’investissent dans les filiales et dans les produits partout dans le monde.

Par ailleurs, la National Social Security et la Qatar Investment Authority sont également des fonds souverains dans le monde.

Le fonds souverain du Qatar

Le fonds souverain du Qatar est présidé par Ahmad Mohammed et dispose plus de 100 milliards de dollars d’actifs. Il s’agit d’une société anonyme avec appel public à l’épargne qui a son siège social à Doha. Découvrez ici ce qu’il faut savoir sur le fonds souverain du Qatar.

Histoire du fonds souverain du Qatar

Le fonds souverain du Qatar a été créé en 2005. C’est dans le souci de profiter de l’excédent budgétaire provenant de l’exploitation de réserves qataries de gaz et de pétrole que Hamad ben Khalifa Al Thani a créé ce fonds souverain.

Le fonds réalise des investissements sur le plan international en priorité. Il investit notamment en Europe et aux États-Unis. Suite à sa création, une succursale est mise en œuvre dans la même année. Il s’agit de Qatar Diar dont les investissements sont en priorité relatifs à l’immobilier.

Les filiales du fonds souverain du Qatar

Le fonds souverain du Qatar (QIA) est actionnaire dans diverses structures. C’est le cas de Qatari Diar et de Qatar Holding Holding LLC. Il est l’unique actionnaire dans ces structures. Il détient la moitié des parts dans la Qatar Sport Bank. En ce qui concerne la Banque Islamique du Qatar, le fonds souverain y possède 16 % des parts. En dehors de ces filiales, le fonds souverain du Qatar en a d’autres comme Qatar Sport Investments. Vous pouvez donc comprendre que les filiales du fonds souverain sont nombreuses.

Les investissements du fonds souverain du Qatar

Pour ceux qui le savent, QIA a le contrôle sur au moins 10 % des actions de la Bourse de Londres. De plus, le fonds souverain détient des parts dans le groupe Lagardère. Il a réalisé plusieurs acquisitions à Paris telles que l’hôtel Kinski, l’hôtel d’Evreux, l’hôtel Lambert, le Royal Monceau ou encore l’hôtel Gray d’Albion. À noter que beIN Sports est possédé par le fonds souverain du Qatar. Au cours de l’année 2016, le fonds à travers sa filiale BeIN Media procède à l’acquisition des studios de cinéma Miramax. Il faut souligner que le fonds souverain du Qatar a réalisé plusieurs investissements qui n’ont pas tous été rentables comme prévu.

Quels sont les secteurs d’investissement du fonds souverain du Qatar ?

Le fonds souverain du Qatar a investi dans plusieurs secteurs comme les finances (Al Ahli Bank, Doha Bank, Alpha Bank, Barclays). Il investit aussi dans l’immobilier et l’hôtellerie (Hôtel du Louvre à Paris, Raffles Hôtel, Energy City). L’industrie ( Airbus, Porshe), le transport et le sport (Al-Gharafa, Paris Saint-Germain) sont autant de secteurs dans lesquels le fonds a fait des investissements. Le rachat du Paris Saint-Germain Football Club en 2011 a été l’un des investissements les plus marquants du fonds dans le domaine du foot.

En résumé le fonds souverain du Qatar a été créé en 2005 par Hamad ben Khalifa Al Thani. Il dispose de plusieurs filiales. Le fonds a des parts sociales dans plusieurs structures. Il s’agit d’une société qui ne cesse d’investir. Ces investissements sont nombreux. C’est sans doute ce qui explique la grande diversité des secteurs d’investissements. Ces derniers sont les finances, l’industrie, l’immobilier et l’hôtellerie, et l’industrie. Le sport fait également partie des secteurs d’activité les plus importants du fonds souverain du Qatar.

Dubaï, une ville à connaître absolument

Dubaï est incontestablement la ville la plus célèbre de tout le Golfe Persique. La ville compte plus de 4 millions d’habitants. Elle est célèbre pour de multiples raisons. Que peut-on alors dire sur Dubaï et son économie ? Éléments de réponse ici !

Présentation de la ville

Dubaï est la ville la plus connue des Émirats arabes unis loin devant sa capitale Abou Dabi. Bâtie au XVIIIe siècle, la ville est aujourd’hui l’une des destinations les plus prisées au monde notamment grâce à son immense développement des divers sites touristiques et de l’immensité et la beauté de ses infrastructures telles que le Burj Khalifa. Notons aussi la présence dans la ville des immenses centres commerciaux. Au-delà du tourisme, la ville est un gigantesque pôle de commerce et d’affaires. En effet, elle voit chaque semaine une multitude d’hommes et femmes d’affaires qui descendent dans son aéroport international. C’est d’ailleurs le premier sur le rang mondial en termes de passagers internationaux.

La ville de Dubaï jouit d’un réseau routier digne de son développement. En effet, elle compte un nombre considérable d’avenues larges et d’autoroutes. Pour faire face au large trafic urbain dans la ville, les autorités ont ces dernières années, augmenté des lignes de métro. Dubaï est dotée d’un climat aride et subtropical. Elle est exposée à des sévères vagues de chaleur et des vents violents en période balnéaire. À l’origine, la langue de la ville est l’arabe. Cependant, au regard de son ouverture sur le monde, aujourd’hui, l’anglais et l’espagnol font partie des langues de communications les plus répandues à Dubaï.

L’économie de Dubaï

Autrefois basée sur la pêche et le commerce maritime, l’économie de la ville repose désormais sur le pétrole comme l’ensemble du pays. En effet, depuis le boom pétrolier du pays, la ville n’est pas restée en marge. Cependant, la ville a su diversifier son économie et en plus du pétrole, elle compte sur le tourisme, l’hôtellerie, le transport, l’immobilier l’éducation, la santé, le commerce et plusieurs autres secteurs d’activité.

Étant la seconde économie des émirats, Dubaï bénéficie d’un net boom du PIB issu de son trafic aéroportuaire, grâce à sa compagnie Emirates Airlines, ainsi que portuaire. Son port représente la première plateforme pour la réexportation vers la région du Golfe. En effet, cela est dû aux récentes infrastructures misent dans ces secteurs par les autorités de la ville.

Quant au tourisme et la restauration qui sont d’autres éléments qui boostent l’économie de la ville, elle représente près de 10 pourcents du PIB de la ville. Ayant connu un pic à la baisse grâce à la chute des prix de l’immobilier en 2014, le secteur de la construction participe encore plus à l’économie de Dubaï. La ville a connu une forte demande dans ce sens depuis l’annonce de l’exposition de 2020.

Comme l’ensemble de l’émirat, sa monnaie est le Dirham des Émirats arabes unis. Étant un centre financier pour bon nombre de pays du Golfe, l’économie de la ville dépend en partie de la main-d’œuvre issue de l’immigration des pays d’Asie et d’Africain.

Ainsi, vous savez désormais tout ce qui concerne la ville de Dubaï et de son économie. Pour un voyage d’affaires ou de tourisme, vous gagnerez à choisir cette destination.

Le Qatar

Le Qatar fait partie des pays qui ont le plus fort taux de croissance économique du monde. Il tire principalement ses sources de ses réserves de gaz et de pétrole. Avec une population de 2.444.174 d’habitants, il détient le revenu par habitant le plus élevé au niveau mondial. Le chômage y est presque inexistant et ne touche que 0,1 % de la population. Son économie ne cesse d’accroître depuis son indépendance en 1971. Focus sur l’économie du Qatar !

L’économie du Qatar : un parcours à défi

Le Qatar doit sa place actuelle dans l’économie mondiale à la transformation de la matière. À travers le champ Offshore North Field, l’émirat dispose de la deuxième réserve de gaz naturel au niveau mondial. Cependant, c’est le premier pays exportateur de gaz naturel liquéfié (GNL) grâce à un énorme défi d’investissement dans la liquéfaction.

La commercialisation de perles fut le deuxième pilier de cette économie jusque dans les années 1920 où les perles japonaises entraient dans la concurrence. L’économie du Qatar subit une énorme chute qui s’est rattrapée avec une découverte de pétrole dans la principauté. Avec leurs ressources de gaz, ils vont investir dans le pétrole qui va devenir leur deuxième ressource économique.

En vue de sécuriser son économie, le Qatar va s’impliquer plus tard dans le tourisme et les infrastructures pour éviter au pétrole de subir le même sort que celui des perles.

L’économie Qatarie en quelques chiffres

Le Qatar doit principalement son niveau économique à ses réserves en hydrocarbure. C’est un grand pays exportateur de pétrole et de gaz.

La Monnaie

Le Qatar détient sa propre monnaie : le riyal qatarien qui se subdivise en dirhams. 1 riyal correspond à 100 dirhams. Quant à la correspondance internationale, 1 riyal qatarien équivaut à 0,27 dollar américain.

Le Pétrole

Les réserves de pétrole du Qatar représentent environ 1,5 % des réserves prouvées mondiales. Ils sont parmi les 20 premiers au niveau mondial avec près de 25,1 barils

Le gaz

Le Qatar détient actuellement 13,3 % des réserves prouvées mondiales, soit 24.700 m³ de réserve de gaz naturel.

L’économie du Qatar sur le plan international

Au fil des années, les autorités qataries ont compris qu’une économie qui ne repose que sur deux piliers (le gaz et le pétrole) n’est pas totalement sécurisée. D’autant plus que les prix du gaz et du pétrole connaissent parfois des chutes considérables. Dans une perspective d’ouverture internationale, ils investissent désormais dans une kyrielle de domaine : l’hôtellerie, les laboratoires, la formation et le secteur des banques et finances. Ils ont aussi des partenariats de transit avec l’Allemagne, la France, les États-Unis, le Royaume-Uni et surtout le Japon.

Parallèlement, le Qatar engendre Energy city, la première bourse des matières énergétiques du Moyen-Orient.

C’est Khalifa Al Thani qui a réussi, de 1995 à 2013, à inscrire la principauté sur la liste des pays les plus riches au monde. La compagnie Qatar Airways fut classée plusieurs fois, entre 2011 à 2019, la meilleure compagnie aérienne mondiale 5 étoilespar SKYTRAX.

En organisant la coupe du monde 2022, le Qatar se garantit une place dans l’histoire mondiale.

Voici un pays à économie stable. Vous devez quand même avoir des notions en arabe, qui est la langue nationale, si vous songez à y investir. Sinon, un bagage en anglais pourra vous aider.